Mobilisé-es et toujours aussi déterminé-es jusqu’au retrait !

La mobilisation se poursuit pour le retrait du projet de réforme des retraites et l’amélioration du système actuel. Les actions diverses menées (tracts, rencontres, grèves, manifestations…) ont déjà permis de gagner la bataille d’opinion malgré des médias dominants favorables à la réforme par points.

L’avis du Conseil d’Etat met un nouveau coin dans le projet en dénonçant des projections financières lacunaires, et en pointant la loi de programmation censée revaloriser les enseignants comme étant anticonstitutionnelle.

 Avec l’étude d’un tel projet de loi à l’Assemblée Nationale, en procédure accélérée, c’est une nouvelle phase qui s’ouvre. Le gouvernement fait tout pour empêcher les expressions divergentes, que ce soit dans la rue ou dans l’hémicycle : c’est extrêmement grave pour notre République sociale et démocratique.

Malgré tout, le gouvernement souhaite passer en force ce projet. Il est délétère pour les enseignants.

Quels seraient les impacts ?

  1. La revalorisation ciblée surtout pour les enseignants nés après 1975 en contrepartie de missions nouvelles et donc avec un alourdissement de la charge de travail.
  2. Les 500 millions supplémentaires mis sur la table par le ministre seront très largement absorbés par la décision de geler la valeur du point d’indice jusqu’en 2022… revalo nulle ! Les 3000 promotions perdues à la classe exceptionnelle s’évaluent à 712 millions d’euros sur 3 ans… Où est le « plus » ?
  3. La CPA ne sera pas remise en place mais plutôt une retraite progressive à partir de… 62 ans…
  4. L’âge d’équilibre permettra en fonction de l’espérance de vie de nous faire travailler encore plus longtemps. 64 ans aujourd’hui mais la borne de 67 ans circule déjà…
  5. Les conditions de travail vont continuer à se dégrader. Pour financer des pseudos revalorisations, les suppressions de postes vont s’amplifier. On entend déjà la petite musique disant que dans l’avenir le nombre d’élèves va diminuer ce qui justifie de futures saignées.
  6. Les femmes seront fortement impactées. Preuve en est le retrait de simulations dans l’exposé des motifs qui montraient qu’elles étaient perdantes.
  7. La prise en charge de l’ensemble de la carrière en lieu et place des 6 derniers mois avec un ministère qui n’envisage pas de transformer les grilles pour permettre de meilleurs salaires en début et milieu de carrière mais en permettant au plus jeunes de prendre en charge de nouvelles missions… (« l’enseignant du XXIème siècle »)

L’ensemble des réformes du système éducatif (Lycées, bac, programmes…), les réformes plus générales dont celle gravissime des retraites, la répression, l’intimidation des élèves, enseignants, personnels d’administration, le mépris comme seules réponses, créent un tel climat que le mal-être est de plus en plus fort. Nous ne pouvons laisser les choses en l’état et nous devons agir pour notre avenir. Le combat est long et difficile mais il est primordial. Lutter pour nos salaires, pour nos conditions de travail, contre ce projet de réforme des retraites nécessite l’engagement de chacun-e !


Toutes et tous en grève et dans les manifestations le 6 février 2020 et débattons des suites à donner !