Une rentrée au goût amer

Indignation, colère et mesures sanitaires renforcées : une rentrée qui laissent un goût amer aux enseignants

Que pouvions nous attendre d’autre qu’une rentrée de ces congés d’automne aussi mal préparée ? Nous ne sommes pas en confinement total donc les élèves rejoindront demain leur lieu d’apprentissage masque sur les visages ( même les enfants de primaire…), classes au complet et mesures sanitaires encore plus contraignantes … encore à ce jour inconnues par les équipes enseignantes…


Un seul responsable de cette situation non pas sanitaire mais du cadre d’accueil des élèves : Blanquer Il appuie sa politique sur sa communication vers les médias. Il n’hésite pas à faire assaut de mensonges, à se dédire quand le premier ministre ne l’a pas fait avant lui, à se contredire tout en affirmant que tout est sous son contrôle. Il ne s’adresse aux personnels de son ministère qu’après les avoir mis devant le fait accompli et face à la pression populaire. Il nie toute réalité aux points de vue syndicaux.
Chaque enseignant est sommé, durant cette nouvelle période de « re »confinement, d’accueillir tous les élèves dans le cadre d’un protocole sanitaire « renforcé » qui ne change rien aux mesures du déconfinement puisqu’il est précisé que celles-ci sont à mettre en œuvre uniquement si cela s’avère possible.
Les enseignants ont bien compris qu’il s’agissait prioritairement de maintenir l’économie et que cela n’était envisageable qu’à condition d’accueillir et garder les élèves. Les jeunes étant très peu malades de la Covid peu importe que les adultes qui les encadrent soient touchés.

Devant le mépris de notre ministre face à tous les enseignants qui ont appris par la « bande » que ce qui avait été déjà bien préparé dans le cadre de l’accueil des élèves ce lundi 2 novembre à 10h était « jeté » aux oubliettes : les cours débuteront dès 8h et un semblant de solennité avec une minute de silence dans les cours des établissements scolaires à 11h suffira pour rendre hommage à Samuel Paty. La FSU et le SNEP soutiendront toute revendication d’équipe d’enseignants qui souhaiteraient garder les modalités de retours des élèves dans les établissements ( https://fsu.fr/hommage-a-samuel-paty-une-decision-indigne-et-autoritaire-qui-desorganise-encore-plus-lecole)

L’EPS et les conditions sanitairesOù en étions-nous ? Il y a eu dès la rentrée de septembre un allégement du protocole sanitaire « EPS » avec la préconisation des 4m2/élèves qui a disparu : tous les élèves ont donc pu reprendre le chemin de l’École normalement comme si les simples masques – dont ceux donnés aux enseignants s’avèrent être dangereux pour la santé – et gel hydro alcoolique étaient les seuls remparts contre le virus. Pire même, cette rentrée s’est faite avec moins d’enseignants et plus d’élèves dans le second cycle et aucun espace supplémentaire n’a été créé. Il n’est donc pas surprenant qu’un mois plus tard, l’École et l’Université deviennent le premier cluster de France !


La médiatisation de la situation sanitaire dans notre pays et l’enchainement de décisions semblant aller dans le sens d’une prise en charge réelle par le gouvernement nous ont fait penser que pour cette rentrée de novembre nous aurions un nouveau protocole réaffirmant les contraintes liées à la distanciation physique. Quelle désillusion : les élèves gardent le masque .. sauf en EPS, nous aérons les salles de classes ( pas simple pour un gymnase de 800m2) mais nous devons continuer à travailler en classe entière… Ce sont 35-36 élèves en lycée et près de 30 élèves en collèges qu’il faut accueillir en leur demandant de respecter la distanciation physique. Une hérésie !!!!En EPS, le Ministère a revisité le protocole : Les sports de contact sont dorénavant clairement proscrits et d’autre part, pour le reste des activités, la règle de la distance de deux mètres est obligatoire. Par ailleurs, pour respecter les orientations du protocole général même si parfois ça n’a aucun sens, les activités de l’association sportive seraient permises mais en limitant les brassages ! Il faudra encore une fois s’adapter. Concernant le sport scolaire, si les AS pourront fonctionner dans les établissements ,les rencontres UNSS seront quant à elles suspendues pendant la période à venir.
Il est encore une fois inadmissible que nous recevions ces mesures moins de 48 heures avant la reprise ! Et que dire du silence de nos IA IPR EPS ? Ils sont au diapason du Recteur de l’Académie qui n’a pas pris l’ initiative de réunir ( même pendant les congés scolaires, même en visio ) le CHSCT académique. Une fois de plus, les responsabilités individuelles et collectives sont renvoyées au local ! Nous cherchons vainement un soutien !


Le SNEP FSU Lyon continuera de vous accompagner durant ces prochains jours qui s’annoncent très compliqués. Nous vous invitons à dire vos désaccords et les impossibilités à fonctionner comme enseignant d’EPS en suivant ce protocole EPS avec des effectifs-élèves bien trop importants. Cela ne peut s’envisager que de manière collective.
Il sera nécessaire de redire malgré tout que l’enjeu reste dans cette mission qui nous est assignée de préserver la santé des élèves et des enseignants. Cela passera sans doute par une redéfinition des contenus en ce temps de « survie » sanitaire. Et ceci vous savez le faire

Le SNEP FSU Lyon ne peut que vous inviter à le rejoindre parce qu’il est plus difficile d’agir seul que tous ensemble. (fiche de syndicalisation en pièce jointe) Les militants du SNEP sauront assez vite face aux IADASEN comme face au Recteur. Faites nous remonter tout ce qui peut se passer sur vos établissements en EPS qui empêche votre Métier, ou tout autre remarques-questions. Nous saurons redire toute la complexité de la situation.