Loire-42

Communes 42

SECRETAIRE DEPARTEMENTAL LOIRE (42)
Représentant le SNEP-FSU au CTSD (postes et moyens horaires (DHG) pour les collèges).
Philippe GOMEZ Philippe GOMEZ
1041 rue du Puyt, 42290 Sorbiers
06 75 23 79 13 – s2-42@snepfsu.net

STAGE PEDA TABLE RONDE DEPARTEMENTALE
JEUDI 17 ET VENDREDI 18 DECEMBRE 2015
SNEP 42
Francis BERGE BERGE Francis Analyse Prog Clg
 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
CHARROIN Pascal Prog EPSCHARROIN Pascal
  xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Christian COUTURIERCOUTURIER Christian Réforme Clg
  xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Stage 42Francis BERGE
  xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
PEZELIER Pierre FPS en Natation 6ème
Le 12 secondes
PEZELLIER Pierre FPS en Natation

CIBLES NAGEURSCIBLES NON NAGEURS Fiche Vierge


S       P       E       C       I       A       L
CONGRÈS FSU
                                                                                           Loire

Dans ce bulletin, vous trouverez les explications nécessaires et le matériel de vote :

  • Bulletin de vote.

  • 2 enveloppes (A noter que l’enveloppe blanche est affranchie et prête à l’emploi…).

Alors… il ne reste plus qu’à voter… du 5 novembre au 26 novembre 2015.

Pourquoi voter ?

Du 1er au 5 février 2016 se déroulera le 8ème Congrès National de la FSU au Mans.

Le SNEP, 3ème syndicat de la FSU, se doit de participer activement aux débats.

Ainsi nous appelons tous les syndiqués à s’exprimer lors du Congrès Départemental

du 19 janvier 2016 et bien évidemment en participant massivement à ce vote.

2 votes sont à exprimer sur un même bulletin :

  • Un vote d’orientation fédérale : 5 listes vous proposent leurs choix prioritaires pour les 3 ans à venir en terme d’orientation de la FSU. A vous de choisir…

  • Un vote sur le rapport d’activité fédérale :

    Quel bilan portez-vous sur l’activité de la FSU au sortir de ces 3 dernières années ?

    Ce vote s’accompagne également d’un choix à effectuer (fenêtres A ou B) sur deux points qui font débat au sein de la Fédération :

    – « chapitre Syndicalisme » page 6

    – « chapitre Education » page 10

Pour voter il faut vous munir

du Supplément au N° 187/octobre 2015 de la revue « POUR ».

Si vous n’avez pas conservé cette précieuse revue, pas de panique,

vous trouverez ci-desous les « extraits » nécessaires au vote par fenêtre…

Comment voter ?

Le vote a lieu sous double enveloppe afin d’en garantir le secret.

Capture d’écran 2015-11-08 à 17.20.59

1-Glissez votre bulletin de vote complété dans la petite enveloppe. Pour chaque vote, ne laisser apparaître qu’une mention.

2-Mettre cette petite enveloppe dans la grande enveloppe pré-imprimée.

3-Complétez l’entête avec : votre nom, prénom, établissement, signez.

4-Postez 

Outre l’envoi postal, il est possible :

  • de remettre son vote à un(e) militant(e) du SNEP qui le remettra au Secrétaire Départemental

  • de déposer son vote à la Commission de recensement et de dépouillement du vote

Date limite de vote : jeudi 26 novembre 2015

Tenez compte des délais postaux…

Votez dès réception du matériel de vote.

Revue POUR Supplément au numéro 187, octobre 2015

Vote concernant le chapitre « Syndicalisme ».

Fenêtres A et B situées page 6.

Fenêtre A 

Compte tenu du périmètre syndical et politique restreint, la FSU n’a pas participé en tant que telle aux initiatives proposées. Ses instances ont en effet estimé, à une large majorité, que notre responsabilité était de convaincre et mobiliser les personnels contre l’austérité et qu’il fallait pour cela se concentrer sur une perspective de construction d’un front syndical large.

Fenêtre B 

La FSU a fait le choix de ne pas s’investir au plan national dans les activités du collectif dit « 3A » (Alternatives A l’Austérité) aux côtés de forces associatives, syndicales et politiques. Des structures de la fédération (SD, SN) y ont participé à l’occasion notamment des 2 grosses initiatives de rue contre la politique d’austérité du gouvernement. C’est pourtant la place de la FSU d’être présente dans ce type de démarches visant à construire un large front, complémentaire des initiatives intersyndicales, combinant refus de l’austérité et propositions alternatives. 

Vote concernant le chapitre « Education ».

Fenêtres A et B page 10.

Fenêtre A 

La loi dite de « refondation » ne marque pas de rupture avec les politiques éducatives précédentes. La poursuite du développement de l’apprentissage, de l’école du socle avec le cycle 3 ou de la réforme des lycées, comme le trompe-l’œil de la réforme de l’éducation prioritaire et le lot de réformes rejetées par les personnels (bloc bac- 3/bac+3, réforme des rythmes, réforme du collège) ne permettront aucune démocratisation. Le manque de volonté politique conjugué à la logique comptable ont rendu inopérants les créations de postes, ou le retour de la formation initiale. Enfin, l’autonomie, accrue, apporte son lot de déréglementations et d’inégalités ; la gouvernance sévit toujours et les personnels restent sous le joug de pressions hiérarchiques. Cette école de la concurrence (entre élèves, entre personnels et entre territoires) continue de gérer le tri social et ne correspond pas au projet de la FSU. 

Fenêtre B 

La FSU, par la représentativité, la mobilisation et l’expertise de ses syndicats, a pu obtenir que soient inscrits des principes auxquels elle est attachée, comme la laïcité, l’affirmation que tous les jeunes sont capables de réussir, la nécessité d’élever le niveau de qualification pour tous et une programmation budgétaire de créations de postes, le rétablissement de la formation initiale, la priorité au primaire et la spécificité de la maternelle, la politique d’éducation prioritaire, la nécessité de réécrire le socle commun de connaissances et de compétences et les programmes d’enseignement… 

Au-delà de ces principes, la FSU poursuit sa bataille pour que tous les métiers de l’éducation soient reconnus dans les mesures annoncées et que les créations de postes soient affectés pour répondre à tous les besoins du service public. Néanmoins, des désaccords de fond et des insuffisances dans de nombreux domaines (réforme du collège, du lycée, priorité à l’apprentissage, rythmes scolaires, éducation prioritaire…) subsistent. Des chantiers restent à concrétiser. Le carcan imposé par l’austérité budgétaire, l’absence de réelle volonté politique pour prendre des mesures d’ampleur pour véritablement démocratiser le système éducatif, pour reconstruire une formation initiale et continue de qualité, redonner la parole aux personnels, nous amènent à considérer de façon très critique l’action du gouvernement dans le domaine de l’éducation et de la formation.