3 mai : le ministe girouette

  Où comment « suivre » Blanquer notre ministre girouette ?    
Il y a moins d’une semaine, les militants du SNEP FSU Lyon vous avaient déjà alertés sur la communication hors de contrôle de Blanquer, notre ministre. Il montre en ce week-end qui précède notre retour en présentiel tout son manque d’anticipation et tout le peu d’attention auprès de vous, enseignants EPS. Votre mission est constamment mise à mal et enseigner devient difficile car vidé de son sens. Ces « va et vient » ne créent que doutes, que travail supplémentaire… Ils sont scandaleux ! Blanquer se moque ouvertement des enseignants EPS : il réduit notre Métier a une simple prise en charge de nos élèves ,peu importe ce que nos élèves apprendrons en EPS.. ou pas !

De plus, notre ministre met en plus aussi ses services déconcentrés dans l’embarras. Les commissaires paritaires SNEP FSU en CAPA jeudi dernier en attesterons. La Secrétaire Générale de la DRH du Rectorat de Lyon nous a adressé de vive voix tout son soutien devant nos conditions de travail avec , à cette époque, encore l’interdiction de faire pratiquer nos élèves à l’intérieur. Nos IPR ne se sont pas plus défendus quand nous leur avons dit que les enseignants EPS de notre académie cherchaient encore quelque accompagnement réel à la lecture de leur dernier courrier.

Il va sans dire que les équipes EPS, dans de nombreux établissements ont « bonifié » cette semaine de retour de congés sans élèves. En premier lieu, la preuve n’est plus à faire que c’est bien en EPS que les savoirs sont le plus mis à mal dés que nous restons en distanciel. De plus, un important travail collectif a été assuré par les enseignants d’EPS pour trouver une solution devant l’interdiction d’utiliser les installations sportives couvertes, piscines comprises. Cela s’est fait en liaison avec les chefs d’établissements et les collectivités locales, propriétaires des « salles de cours en EPS ».

Hier, avec ce retour en arrière, les questions des PEPS fusent ( et les téléphones des militants SNEP ont chauffé..) : fake news ou pas ? / on revient sur ce qu’on avait prévu au début des vacances ? / il y en a marre, on reste sur ce qu’ on a re-changé / on prévient nos élèves ou pas ?…que de confusion et de lassitude !

Certains d’entre vous arrivent à être tellement dans le doute qu’ils finissent par dire que ce sont, « nous , les professeurs EPS qui passons pour des moins que rien » devant ces atermoiements. Voilà l’état d’esprit qui peut, après une année entière de prises de décisions incohérentes, habiter certain-es d’entre vous. Ne renversons pas les choses : les enseignants EPS et leurs élèves ont subis encore plus que d’autres cette situation car rien n’a été décidé en prenant vraiment en compte les réalités du terrain. Il nous a été trop souvent demandé de refaire suite à ce qui avait été défait !!!

Pour autant la possibilité de revenir dans des espaces couverts pour nos élèves n’est pas pour tout le monde la meilleure des solutions. En fait, c’est collectivement que les enseignants EPS sauront à certains endroits mettre en avant les meilleures conditions de sauvegardes sanitaires de leurs enseignements ou/et pousser au plus loin qu’ils le puissent les exigences de leurs enseignements en EPS. On parle ici de savoirs spécifiques approfondis !

Tout ceci pour dire que c’est ensemble que la profession passera cet obstacle. Les militants du SNEP FSU Lyon n’ont pas plus de solution quand ils sont face à leurs élèves. La volonté de rester ambitieux reste. Elle se déclinera à l’aulne de ce qui sera décidé collectivement. L’enjeu ne doit pas nous échapper : l’EPS a encore toute sa place auprès des élèves dans leur scolarité.
Bonne reprise à tous et toutes.

Eric Stodezyk
Pour le SNEP FSU Lyon